Histoire d'Argyle

électionLa municipalité du district d'Argyle, qui représente aujourd'hui environ la moitié du comté de Yarmouth, en Nouvelle-Écosse, est une région riche en histoire et en culture acadiennes. Avant 1755, l'actuel Argyle se trouvait à Cap-Sable (Cap Sable), une région qui s'étend le long de la côte sud-ouest de la province, à peu près de ce qui est aujourd'hui Yarmouth (Cap-Forchu) à Baccaro dans l'actuel comté de Shelburne.

Les premiers colons francophones sont arrivés à Cap-Sable dans les années 1640, s'installant à proximité de ce qui est aujourd'hui Central Chebogue dans le comté de Yarmouth. Au moment de la Déportation (1755-1763), il y avait plusieurs petites communautés établies le long de cette côte, dans des endroits maintenant connus sous le nom de Chegoggin, Roberts Island, Argyle, Argyle Head, Tusket Falls et East Pubnico, tous dans le comté de Yarmouth d'aujourd'hui. .

Pubnico a été fondée en 1653 par Philippe Mius d'Entremont, qui, avec sa femme Marie Hélie et leur fille aînée, fut ramené de France par Charles de LaTour. Mius d'Entremont a établi sa première maison à ce qui est maintenant East Pubnico, où certains de ses fils et descendants demeureront. Au fil des ans, cependant, le père semble avoir vécu à diverses époques à Annapolis Royal et passé ses derniers jours à Grand-Pré, chez l'une de ses filles.

D'autres descendants de Mius d'Entremont se sont dispersés de la même manière, comme le font les familles, dans des lieux plus éloignés de leur foyer ancestral. Un siècle plus tard, les descendants de Mius d'Entremont étaient dispersés le long de la côte du Cap-Sable, y compris à Barrington et Baccaro d'aujourd'hui. Certaines branches de cette famille ont utilisé le patronyme d'Entremont, tandis que d'autres ont adopté Mius, Muise ou Meuse.

La Déportation et le Retour des Acadiens

L'histoire des Acadiens d'Argyle a été façonnée par la lutte acharnée d'un siècle entre la France et la Grande-Bretagne pour le contrôle de ce qui comprend aujourd'hui les provinces maritimes du Canada. Au début des années 1600, les explorateurs français ont établi les premiers établissements européens permanents dans la colonie qu'ils ont nommée Acadie (Acadie), qui comprenait une grande partie de ce qui est maintenant la Nouvelle-Écosse, l'Île-du-Prince-Édouard et des parties du Maine et du Nouveau-Brunswick. Pendant les cent premières années de la colonisation acadienne, les guerres entre la France et la Grande-Bretagne ont signifié qu'à différentes époques, ils se sont retrouvés sous la domination coloniale française ou britannique. En 1755, environ 10,000 XNUMX Acadiens vivaient dans diverses régions de la Nouvelle-Écosse.

Les Britanniques ont pris le contrôle de la colonie avec la signature du traité d'Utrecht en 1713 et ont rebaptisé le territoire Nouvelle-Écosse. Comme condition de rester là où ils avaient vécu pendant des décennies, les Acadiens ont été invités à prêter serment d'allégeance au monarque britannique. Bien que leur neutralité politique soit bien connue, c'était la première fois qu'on leur demandait de définir leur loyauté politique. Ils ont été autorisés à « exercer librement leur religion », mais n'ont pas été autorisés à voter, à exercer des fonctions ou à s'engager dans l'armée. Souhaitant maintenir de bonnes relations avec les Français et les Britanniques, la plupart des Acadiens prêtent serment à la condition de ne pas avoir à prendre les armes contre les Français en cas de guerre.

Avec la montée des tensions entre la France et la Grande-Bretagne en Europe et en Amérique du Nord au cours de la première moitié du XVIIIe siècle, la neutralité des Acadiens est de plus en plus remise en question. Les autorités britanniques s'inquiétaient de la menace que représentait cette importante présence catholique française en Nouvelle-Écosse, ainsi que de leur amitié avec les Mi'kmaq, qui à leur tour favorisaient les Français.

À la suite du retour de la forteresse de Louisbourg à la France comme condition du traité d'Aix-la-Chapelle en 1748, les tensions s'intensifient. Le point d'éclair est survenu en 1755, dans la région frontalière entre les territoires britannique et français à l'isthme de Chignecto (la frontière actuelle entre la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick). Le 4 juin 1755, les Britanniques, avec l'aide de 2,000 XNUMX soldats volontaires de la Nouvelle-Angleterre, assiégèrent le fort Beauséjour. Plusieurs centaines d'Acadiens de la région ont été persuadés d'abandonner leur neutralité et ont combattu aux côtés des troupes françaises pour défendre le fort. Deux semaines plus tard, les Français sont contraints de se rendre.

Peu de temps après, le 28 juillet 1755, le gouverneur Charles Lawrence promulgua l'ordre de déporter les « habitants français » de la colonie de la Nouvelle-Écosse. Cet événement, qui a débuté en 1755 et s'est poursuivi pendant plusieurs années, est devenu connu des Acadiens sous le nom de « Le Grand Dérangement ».

calècheDans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, les communautés de Cap-Sable ont été épargnées brièvement, peut-être parce qu'elles étaient relativement isolées et moins peuplées que les grands centres de Grand-Pré, Annapolis Royal et Pisiquid (Windsor). Certaines n'ont été attaquées qu'en 1756 et Pubnico est restée intacte jusqu'en 1758. Lorsque les Britanniques sont arrivés pour les déporter, certaines familles acadiennes de la région ont été envoyées directement au Massachusetts, tandis que d'autres ont d'abord été emmenées à Halifax puis exilées en France.

L'incorporation du canton d'Argyle

Les premiers planteurs de la Nouvelle-Angleterre sont arrivés dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse dans les trois ans suivant la proclamation du gouverneur Charles Lawrence en 1758 invitant les colons anglophones dans la colonie. Entre autres incitations, on leur a promis que des cantons seraient formés et nommés lorsque la population de chacun s'élèverait à 50 familles.

En juin 1762, lorsque le premier recensement de la Nouvelle-Écosse a été effectué, il y avait deux petits établissements de Planter dans ce qui est maintenant Argyle, à Abuptic (aujourd'hui Argyle) et Pubnico, totalisant 22 ménages Bien que le nombre de colons anglophones ait augmenté au fil des ans par la suite, l'augmentation a été relativement modeste au cours de la première décennie puisqu'un certain nombre de ménages répertoriés en 1762 ne sont pas restés en permanence.

Le canton d'Argyle a été officiellement incorporé par la législature provinciale en 1771, donc on suppose que ce n'est qu'à ce moment-là qu'il avait atteint les 50 familles ou ménages requis - un seuil atteint une fois que les familles acadiennes ont commencé à revenir dans la région après 1767.

Histoire municipale

Des informations plus précises sont disponibles sur Palais de justice et archives du canton d'Argyle (ATCHA) ou en contactant l'agent de développement du patrimoine, Judy Frotten au (902) 648-2493 ou par courriel à jfrotten@argylecourthouse.com.

Argyle est né de la concession du canton par le gouvernement de la province de la Nouvelle-Écosse en 1771. Les limites de la région s'étendaient de Little River à l'est à Wood's Harbour et Oak Park à l'ouest jusqu'à ce qui est maintenant connu sous le nom d'East Kemptville en Le nord-est. De là vers l'ouest jusqu'à un point où elle jouxte Yarmouth et Clare. De là vers le sud et l'ouest par les cours de la rivière Tusket jusqu'à la Burnett Grant Line la suivant jusqu'au point de départ et incluant toutes les îles situées au large (les îles Tusket, l'île Seal, etc.)

Le choix du nom Argyle est, par certains, attribué au lieutenant Ranald McKinnon qui avait reçu une importante concession de terre dans ce qui allait devenir le canton en 1766. Cet homme et les membres de sa famille ont exercé une grande influence sur le développement de la région depuis de nombreuses années.

Le canton faisait partie du comté de Queen's de 1771 à 1784. Il est ensuite devenu une partie du nouveau comté de Shelburne. En 1832, les limites du canton ont été modifiées et la limite est sur la côte a été établie à Pubnico Beach à Lower East Pubnico et la limite est du canton a été modifiée pour devenir ce qui existe aujourd'hui.

En 1836, le comté de Yarmouth fut créé et le canton d'Argyle devint l'un des deux districts qui s'y trouvaient. Les colonies d'Européens à Argyle sont antérieures à l'établissement du canton de plus d'un siècle. Tout a commencé avec l'arrivée des La Tours dans la région, alors connue sous le nom de Cap de Sable. Cette région comprenait tout le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, de Yarmouth à Shelburne. La Tour a établi son peuple à divers endroits le long de la côte, principalement à l'embouchure des rivières, pour faire du commerce avec les Indiens de la région et poursuivre l'industrie de la pêche. Ces établissements n'étaient pas grands, mais ils étaient en pleine croissance et ont continué d'exister jusqu'au moment de l'expulsion des Acadiens en 1755. Avec l'expulsion de la majorité des Acadiens accomplie en 1759, le gouvernement de la province à Halifax a entrepris un effort majeur pour obtenir colons des colonies de la Nouvelle-Angleterre. À Argyle, le premier de ces colons anglais a commencé à arriver en 1760, s'établissant dans des endroits comme East Pubnico, Abuptic et Little River et divers autres endroits. Avec le retour dans la province de certains des exilés acadiens en 1766, d'autres établissements ont été établis du côté ouest du port de Pubnico et sur les deux rives de l'extrémité inférieure de la rivière Tusket. L'afflux suivant de colons a eu lieu en 1784 et 1785 lorsque les Loyalistes ont commencé à arriver des colonies américaines. Ces personnes se sont établies dans divers secteurs du canton, le plus grand nombre s'installant sur la rivière Tusket et ses affluents. De ces trois groupes principaux, la plupart des habitants de l'actuelle municipalité d'Argyle sont originaires.

Le gouvernement avec la représentation de la population au niveau local a vu le jour avec l'établissement des tribunaux des sessions générales de la paix en 1789. Dans le cas des cantons d'Argyle et de Yarmouth, les cours générales des sessions étaient tenues conjointement. Les premières réunions de ces Cours se sont tenues en divers endroits des deux Cantons. Des salles de réunion et des tavernes ont été utilisées à cette fin dans les deux endroits. En 1803, la Cour a décidé d'établir une prison et un palais de justice au village de Tusket, ce qui est considéré comme un point central pour les deux zones. Ce premier palais de justice a ouvert ses portes le 29 octobre 1805, à son emplacement actuel dans le village de Tusket. Ce bâtiment avec plusieurs modifications et ajouts a continué à servir de siège du gouvernement à Argyle jusqu'en 1976, lorsque des quartiers plus modernes et plus spacieux ont été fournis à cet effet, à proximité du bâtiment d'origine. Argyle et Yarmouth ont continué à fonctionner conjointement jusqu'en 1855, date à laquelle Yarmouth a choisi d'essayer la forme de gouvernement du conseil municipal. L'expérience n'a pas fonctionné pour eux et en 1858, ils sont revenus au système des cantons. Cependant, depuis 1855, les deux unités ont continué à fonctionner sur une base individuelle. En 1880, avec l'entrée en vigueur de la Municipalities Incorporation Act, Argyle fonctionnait avec un conseil municipal élu comme c'est le cas aujourd'hui.

Avec l'arrivée de la colonisation accrue à partir des années 1760, le développement de l'industrie et du commerce s'est poursuivi dans la région. Les chantiers navals ont été créés pour construire des navires de tous types, des sloops aux navires à gréement complet qui ont navigué sur les océans du monde. Des scieries ont été créées pour fournir les matériaux nécessaires à la construction de ces navires et également pour leur fournir une cargaison d'exportation. La pêche était une partie très importante de l'économie d'Argyle depuis ses premiers jours et elle continue ainsi aujourd'hui. L'industrie de la construction navale en bois a été un employeur important pendant de nombreuses années, mais avec son déclin dans la dernière décennie du siècle dernier, l'économie d'Argyle a beaucoup souffert. Il y a eu une importante émigration de personnes vers les États-Unis et vers d'autres régions du Canada. Cependant, ceux qui sont restés ont survécu à des récessions, des dépressions et d'autres catastrophes économiques et se sont adaptés aux conditions existantes et continuent de le faire à ce jour.